logo CRAS
Comptes Rendus. Biologies
Éditorial
La biologie à l’Académie des sciences
Comptes Rendus. Biologies, Tome 343 (2020) no. 1, pp. 1-3.
Reçu le : 2020-04-19
Accepté le : 2020-04-19
Publié le : 2020-06-05
DOI : https://doi.org/10.5802/crbiol.0
@article{CRBIOL_2020__343_1_1_0,
     author = {Jean Fran\c cois Bach and Pascale Cossart},
     title = {La biologie \`a l'Acad\'emie des sciences},
     journal = {Comptes Rendus. Biologies},
     publisher = {Acad\'emie des sciences, Paris},
     volume = {343},
     number = {1},
     year = {2020},
     pages = {1-3},
     doi = {10.5802/crbiol.0},
     language = {fr},
     url = {comptes-rendus.academie-sciences.fr/biologies/item/CRBIOL_2020__343_1_1_0/}
}
Jean François Bach; Pascale Cossart. La biologie à l’Académie des sciences. Comptes Rendus. Biologies, Tome 343 (2020) no. 1, pp. 1-3. doi : 10.5802/crbiol.0. https://comptes-rendus.academie-sciences.fr/biologies/item/CRBIOL_2020__343_1_1_0/

Dès leur création en 1835 par Arago, les Comptes Rendus de l’Académie des sciences (appelés alors Comptes Rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences) présentaient des articles de biologie. Certains d’entre eux sont restés fameux, signés par les plus grands noms des XIXe  et XXe  siècles, tels que Louis Pasteur, Claude Bernard et encore François Jacob. La revue comptait à l’époque parmi les meilleures du moment. Force est de reconnaître, néanmoins, qu’au fil des années, face à une compétition internationale multiple et diverse, notamment anglo-saxonne, la revue perdit peu à peu de son audience. Le temps passa où le journal présentait des notes remises par des membres de l’Académie le lundi après-midi, souvent après une présentation orale en séance publique.

Néanmoins, stimulée par d’autres séries des Comptes Rendus, et grâce à l’action de quelques membres de l’Académie, notamment Pierre Buser et Jean Rosa, la revue s’est maintenue. Mais l’émergence d’un nombre encore plus grand de revues concurrentes, amplifiée par le mouvement récent de la science ouverte, a posé la question du devenir de la publication.

Il faut admettre qu’il est difficile aujourd’hui d’être compétitif, tant est grand le nombre des articles originaux qui paraissent dans de multiples revues internationales à fort impact.

Prenant acte de cette évolution, l’Académie des sciences a décidé de changer le format de la série Biologies des Comptes Rendus, en modifiant profondément ses objectifs.

Fidèle à l’esprit de son titre, la revue continuera d’être le site où seront représentées les activités scientifiques de l’Académie, qui sont très riches. Elle ne recevra plus de soumission d’articles de recherche proprement dits mais sollicitera les plus grands noms de la science pour des articles qui pourront se présenter sous différentes formes. Une première rubrique de chaque numéro sera la rubrique «  C’est paru récemment dans la presse  » dans laquelle deux membres de l’académie commenteront deux articles récents importants. Une deuxième rubrique concernera des articles écrits par des chercheurs qui sont au centre de l’actualité, à savoir les nouveaux membres élus à l’Académie, ainsi que les récipiendaires de Grand prix. Dans un troisième type de rubrique, des synthèses de colloques ou débats tenus à l’Académie seront publiés, comme cela est déjà le cas depuis de très nombreuses années. Enfin, des notices biographiques concernant des membres disparus récemment seront publiées.

L’équipe de rédaction est restreinte, avec pour les quatre prochaines années, quatre rédacteurs en chef (Jean-François Bach, Pascale Cossart, Bernard Dujon et Jean-Dominique Lebreton), et une dizaine de rédacteurs associés, tous membres de l’Académie, même si les auteurs, bien sûr, ne seront pas nécessairement des membres.

Des efforts particuliers seront dévolus pour assurer une publication extrêmement rapide des articles reçus : comme les autres séries des Comptes Rendus, tous les articles seront mis en ligne dès leur acceptation. Ils seront disponibles gratuitement pour toute la communauté scientifique. La publication sera également gratuite pour les auteurs, selon le modèle «  diamant  ». Dans la continuité de la revue actuelle, les articles seront indexés dans les moteurs de recherche.

En biologie, seules les publications en anglais peuvent assurer la diffusion souhaitée par tous. Cette évolution vers la langue anglaise, déjà en cours depuis plusieurs décennies, sera poursuivie, mais, comme l’Académie est attachée à sa mission de défense de la langue française, tous les articles seront publiés en version intégralement bilingue français-anglais. Il est prévu de, très rapidement, joindre aussi une traduction en chinois des résumés des articles.

L’Académie des sciences et plus particulièrement le Comité éditorial souhaitent que cette réforme profonde de la revue permette de promouvoir à nouveau un titre qui a été très prestigieux pour nombre de scientifiques français, mais aussi de nombreux collègues étrangers.

From its creation in 1835 by Arago, the Comptes Rendus de l’Académie des sciences (then called the weekly Comptes Rendus des séances de l’Académie des sciences) presented Biology articles. Some of them have remained famous, signed by the greatest names of the 19th and 20th centuries, such as Louis Pasteur, Claude Bernard and François Jacob. The journal was one of the best of its time. Nevertheless, it must be acknowledged that over the years, faced with multiple and diverse international competition, particularly Anglo-Saxon, the magazine gradually lost its audience. The time passed when the journal presented notes handed in by members of the Académie on Monday afternoons, often after an oral presentation in public session.

Nevertheless, stimulated by other series of Comptes Rendus, and thanks to the action of some members of the Académie, notably Pierre Buser and Jean Rosa, the journal continued to exist. But the emergence of an even greater number of competing journals, amplified by the recent open science movement, has raised the question of the future of the journal.

It must be admitted that it is difficult to be competitive today, given the large number of original articles that appear in multiple high-impact international journals.

Taking this evolution into account, the Académie des sciences decided to change the format of Comptes Rendus — Biologies, profoundly modifying its objectives.

In the spirit of its title, the journal will continue to be the place where the scientific activities of the Académie, which are very rich, will be represented. It will no longer receive submissions of research papers as such, but will solicit the greatest names in science for articles that may be presented in various forms. A first section of each issue will be the section "News and Views" in which two members of the Académie will comment on two important recent articles. A second section will be articles written by researchers who are in the centre of current science, namely the newly elected members of the Académie, as well as Grand Prizes winners. In a third type of section, summaries of colloquia or debates held at the Académie will be published, as has been the case for many years. Finally, biographical notes concerning recently deceased members will be published.

The editorial team is small, with, for the next four years, four editors in chief (Jean-François Bach, Pascale Cossart, Bernard Dujon and Jean-Dominique Lebreton), and about ten associate editors, all members of the Académie, although the authors, of course, will not necessarily be members.

Special efforts will be made to ensure an extremely rapid publication of the articles received: like for other scientific disciplines of Comptes Rendus, all articles will be put online as soon as they are accepted. They will be available free of charge to the entire scientific community. The publication will also be free of charge for the authors, according to the "diamond" model. In the continuity of the current journal, the articles will be indexed in search engines.

In Biology, only publications in English can ensure the distribution desired by all. This evolution towards the English language, already underway for several decades, will be continued, but, as the Académie is committed to its mission of defending the French language, all articles will be published in a fully bilingual French-English version. It is planned to include a Chinese translation of the abstracts in the very near future.

The Académie des sciences and more particularly the Editorial Committee hope that this far-reaching reform of the journal will enable it to once again promote a title that has been very prestigious for many French scientists, but also for many foreign colleagues.

Jean François Bach.—

Pascale Cossart.—