Outline
Comptes Rendus

Structure cristalline d'une ménéghinite naturelle pauvre en cuivre, Cu0,58Pb12,72(Sb7,04Bi0,24)S24
[Crystal structure of a Cu-poor natural meneghinite, Cu0.58Pb12.72(Sb7.04Bi0.24)S24]
Comptes Rendus. Géoscience, Volume 334 (2002) no. 8, pp. 529-536.

Abstracts

La ménéghinite pauvre en cuivre du massif de La Lauzière (Savoie, France) a pour composition (microsonde ; % pds) : Pb 59,50, Sb 20,33, Bi 1,19, Cu 0,87, Ag 0,05, Fe 0,03, S 17,62, Se 0,05, Total 99,64. Sa structure cristalline (RX sur monocristal) a été résolue avec R1=0,0506, wR2=0,1026), en symétrie orthorhombique, groupe spatial Pnma, et paramètres a=24,080(5) Å, b=4,1276(8) Å, c=11,369(2) Å, V=1130,0(4) Å3, Z=4. Par rapport au modèle de Euler et Hellner (1960), cette structure montre une diminution notable du coefficient d'occupation du site tétraédrique à Cu (0,146 contre 0,25). Parmi les cinq autres sites métalliques, Bi apparaı̂t fixé sur celui à Sb dominant. Formule structurale développée : Cu0,15Pb2(Pb0,53Sb0,47)(Pb0,46Sb0,54)(Sb0,75Pb0,19Bi0,06)S6 ; formule réduite : Cu0,58Pb12,72(Sb7,04Bi0,24)S24. La formation d'une ménéghinite appauvrie en cuivre reflèterait une spécificité paragénétique (absence de galène coexistante) ou une contrainte cristallochimique (présence de Bi).

Cu-poor meneghinite from La Lauzière Massif (Savoy, France) has the composition (electron microprobe) (in wt%): Pb 59.50, Sb 20.33, Bi 1.19, Cu 0.87, Ag 0.05, Fe 0.03, S 17.62, Se 0.05, Total 99.64. Its crystal structure (X-ray on a single crystal) was solved with R1=0.0506, wR2=0.1026, with an orthorhombic symmetry, space group Pnma, and a=24.080(5) Å, b=4.1276(8) Å, c=11.369(2) Å, V=1130.0(4) Å3, Z=4. Relatively to the model of Euler and Hellner (1960), this structure shows a significantly lower site occupancy factor for the tetrahedral Cu site (0.146 against 0.25). Among the five other metallic sites, Bi appears in the one with predominant Sb. Developed structural formula: Cu0.15Pb2(Pb0.53Sb0.47)(Pb0.46Sb0.54)(Sb0.75Pb0.19Bi0.06)S6; the reduced one: Cu0.58Pb12.72(Sb7.04Bi0.24)S24. The formation of such a Cu-poor variety seems to be related to specific paragenetic conditions (absence of coexisting galena), or to crystallochemical constraints (minor Bi).

Metadata
Received:
Accepted:
Published online:
DOI: 10.1016/S1631-0713(02)01792-3
Mot clés : ménéghinite, structure cristalline, sulfure, Alpes, France
Keywords: meneghinite, crystal structure, sulfide, Alps, France
Yves Moëlo 1; Pierre Palvadeau 1; Nicolas Meisser 2; Alain Meerschaut 1

1 Laboratoire de chimie des solides, institut des matériaux Jean-Rouxel, UMR CNRS 6502, 2, rue de la Houssinière, 44322 Nantes cedex 3, France
2 Musée géologique de Lausanne, UNIL-BFSH 2, CH 1015 Lausanne, Suisse
@article{CRGEOS_2002__334_8_529_0,
     author = {Yves Mo\"elo and Pierre Palvadeau and Nicolas Meisser and Alain Meerschaut},
     title = {Structure cristalline d'une m\'en\'eghinite naturelle pauvre en cuivre, {Cu\protect\textsubscript{0,58}Pb\protect\textsubscript{12,72}(Sb\protect\textsubscript{7,04}Bi\protect\textsubscript{0,24})S\protect\textsubscript{24}}},
     journal = {Comptes Rendus. G\'eoscience},
     pages = {529--536},
     publisher = {Elsevier},
     volume = {334},
     number = {8},
     year = {2002},
     doi = {10.1016/S1631-0713(02)01792-3},
     language = {fr},
}
TY  - JOUR
AU  - Yves Moëlo
AU  - Pierre Palvadeau
AU  - Nicolas Meisser
AU  - Alain Meerschaut
TI  - Structure cristalline d'une ménéghinite naturelle pauvre en cuivre, Cu0,58Pb12,72(Sb7,04Bi0,24)S24
JO  - Comptes Rendus. Géoscience
PY  - 2002
SP  - 529
EP  - 536
VL  - 334
IS  - 8
PB  - Elsevier
DO  - 10.1016/S1631-0713(02)01792-3
LA  - fr
ID  - CRGEOS_2002__334_8_529_0
ER  - 
%0 Journal Article
%A Yves Moëlo
%A Pierre Palvadeau
%A Nicolas Meisser
%A Alain Meerschaut
%T Structure cristalline d'une ménéghinite naturelle pauvre en cuivre, Cu0,58Pb12,72(Sb7,04Bi0,24)S24
%J Comptes Rendus. Géoscience
%D 2002
%P 529-536
%V 334
%N 8
%I Elsevier
%R 10.1016/S1631-0713(02)01792-3
%G fr
%F CRGEOS_2002__334_8_529_0
Yves Moëlo; Pierre Palvadeau; Nicolas Meisser; Alain Meerschaut. Structure cristalline d'une ménéghinite naturelle pauvre en cuivre, Cu0,58Pb12,72(Sb7,04Bi0,24)S24. Comptes Rendus. Géoscience, Volume 334 (2002) no. 8, pp. 529-536. doi : 10.1016/S1631-0713(02)01792-3. https://comptes-rendus.academie-sciences.fr/geoscience/articles/10.1016/S1631-0713(02)01792-3/

Version originale du texte intégral

Abridged version

1 Introduction

Meneghinite is a complex lead-antimony sulfosalt, with minor copper, and stoichiometric composition CuPb13Sb7S24 [3]. Synthetic Cu-free meneghinite is stable at high temperature [17], but not at low temperature [10]. The composition of meneghinite varies according to the general structural formula CuxPb12+xSb8−xS24 (0⩽x⩽1). In its crystal structure [7], Cu occupies a partially filled tetrahedral site, with an occupancy factor of 0.25 for the stoichiometric formula. The general formula thus considers the heterovalent substitution: Sb3++Δ→Pb2++Cu+ (Δ: tetrahedral vacancy). We present here the study of the crystal structure of a natural Cu-poor meneghinite from the occurrence of Entre-Deux-Roches, in La Lauzière Massif (Savoy, French Alps [15]).

2 Characterisation of meneghinite from Entre-Deux-Roches

This sulfosalt occurs in a quartz vein, together with clinochlore. It forms centimetric fibres, up to 1 mm width, included in quartz crystals. The X-ray powder diagram (Table 1) quite agrees with that of [11]; it yields the unit-cell parameters: a=11.35(1), b=24.00(3), c=4.111(6) Å, V=1119.84 Å3, to be compared to those of meneghinite from Bottino and Toby Creek, as well as to the synthetic Cu-free meneghinite (Table 2).

Tableau 1

Diagramme de poudre par diffraction des rayons X de la ménéghinite pauvre en cuivre de La Lauzière. Im, Iv et Ic : intensités mesurées, estimées visuellement ou calculées, respectivement. Pour comparaison [1,11] : hkl et Ic du diagramme de poudre, calculés à partir de [7].

X-ray powder diagram of the Cu-poor meneghinite from La Lauzière. Im,Iv and Ic: measured, visually-estimated and calculated intensities, respectively. For comparison [1,11]: hkl and Ic of the powder diagram, calculated from [7].

[11] Cette étude [1] [11] Cette étude [1] [11] Cette étude [1]
d m I m I v d m d c hkl I c d m I m I v d m d c hkl I c d m I m I v d m d c hkl I c
6,551 8 10 6,56 6,549 301 62 2,747 33 50 2,74 2,743 512 481 1,8917 16 20 1,892 1,894 006 162
4,130 25 30 4,13 4,129 402 228 2,661 26 30 2,66 2,657 802 241 1,890 415 186
3,911 13 3,903 210 39 2,534 3 10 2,55 2,565 612 39 1,8869 5 1,888 106 186
3,883 19 10 3,89 3,879 011 89 2,531 341 27 1,8495 9 10 1,845 1,846 814 166
3,733 100 40 3,75 3,742 103 716 2,380 11 10 2,377 2,376 811 24 1,846 422 166
3,696 27 3,692 211 282 2,299 13 20 2,295 2,297 214 189 1,8113 11 1,807 123 182
3,674 32 20 3,68 3,670 502 201 2,290 613 128 1,8061 12 20 1,804 1,806 406 182
3,498 36 70 3,49 3,492 311 759 2,248 22 30 2,246 2,246 314 337 1,802 12¯10 203
3,293 88 3,288 701 602 2,1834 12 20 2,183 2,183 903 144 1,7956 13 1,799 522 114
3,273 71 100 3,27 3,275 602 507 2,181 441 144 1,7513 11 10 1,746 1,748 721 177
3,259 411 517 2,1252 8 30 2,122 2,126 405 65 1,746 622 177
3,088 23 60 3,08 3,082 312 141 2,0815 24 50 2,076 2,077 10¯10 343 1,7234 16 20 1,720 1,722 715 194
2,943 59 2,939 702 391 2,0678 24 30 2,065 2,064 804 470 1,721 11¯13 194
2,925 63 80 2,92 2,919 412 999 2,064 020 470 1,717 116 141
2,794 25 2,791 013 179 1,9773 18 20 1,975 1,977 605 248 1,717 14¯00 141
2,787 611 179 1,9340 8 10 1,929 1,932 315 116
2,775 30 50 2,77 2,772 113 381 1,930 913 116
2,765 204 288 1,8954 15 1,895 705 162

Chambre de Gandolfi (diamètre : 114,6 mm ), radiation Cu Kα (filtre : Ni).

Tableau 2

Comparaison des différents paramètres de la maille élémentaire obtenus pour la ménéghinite (sur la base du groupe spatial Pnma).

Unit cell parameters of meneghinite from various origins (on the basis of the space group Pnma). aFrom a powder; bfrom a single crystal.

Origine Référence a (Å) b (Å) c (Å) V (Å3)
Bottino [7] 24,057 4,128 11,363 1128
id. [12] 24,028 4,126 11,343 1125
Toby Creek [11] 24,08(7) 4,1398(7) 11,35(1) 1131
Synthétique [19] 23,98 4,10 11,36 1117
La Lauzière cette étudea 24,04(2) 4,127(3) 11,363(6) 1127(3)
id. cette étudeb 24,080(5) 4,1276(8) 11,369(2) 1130,0(4)

a Sur poudre.

b Sur monocristal.

According to electron microprobe analyses (Table 3), the studied meneghinite contains minor Bi (over 1 wt%), as well Cu (0.87 wt%). This Cu content is clearly below that of meneghinites from various occurrences (Table 4), corresponding to a coefficient x close to 0.56. Fig. 1 correlates the Cu coefficient of the various structural formulas relatively to the Pb/(Sb+Bi) atomic ratio. While the majority of compositions show x ranging from 0.8 to 1.2, two other samples are also Cu-poor, but Bi-rich: a sub-phase from a sub-microscopic intergrowth at Berezitovoe [2], and two analyses from the Apollo mine [18].

Tableau 3

Analyse à la microsonde électronique de la ménéghinite pauvre en cuivre de La Lauzière. Formules structurales calculées sur la base de 20 cations (Cu exclu).

Electron microprobe analyses of Cu-poor meneghinite from La Lauzière. Structural formulas calculated on the basis of 20 cations (without Cu).

Teneurs Cu Ag Pb Fe Sb Bi S Se Total
n1 0,87 0,04 59,72 0,03 20,08 1,32 17,62 0,07 99,75
n2 0,87 59,70 0,04 20,73 1,22 17,55 0,07 100,18
n3 0,86 0,10 59,09 0,02 20,19 1,03 17,69 98,98
Moyenne 0,87 0,05 59,50 0,03 20,33 1,19 17,62 0,05 99,64
Formules structurales :
n1 Cu0,60Ag0,02Pb12,52Fe0,02Sb7,16Bi0,28S23,86Se0,04
n2 Cu0,59Ag0,00Pb12,39Fe0,03Sb7,32Bi0,26S23,55Se0,04
n3 Cu0,59Ag0,04Pb12,48Fe0,02Sb7,25Bi0,21S24,14Se0,00
n1 Cu0,60(Pb12,56Fe0,02)Σ=12,58(Sb7,14Bi0,28)Σ=7,42(S23,86Se0,04)Σ=23,90
n2 Cu0,59(Pb12,39Fe0,03)Σ=12,42(Sb7,32Bi0,26)Σ=7,58(S23,55Se0,04)Σ=23,59
n3 Cu0,59(Pb12,56Fe0,02)Σ=12,58(Sb7,21Bi0,21)Σ=7,42S24,14
Moyenne Cu0,59(Pb12,50Fe0,02)Σ=12,53(Sb7,22Bi0,25)Σ=7,47(S23,97Se0,03)Σ=23,88
Idéale Cu0,56Pb12,56(Sb7,19Bi0,25)Σ=7,44(S23,95Se0,03)Σ=24
Microsonde Cameca SX 50, Institut de minéralogie et géochimie, université de Lausanne. Conditions opératoires : 20 kV, 20 nA ; standard (élément, raie) : Ag (Ag Lα), covellite (Cu Kα), pyrite (Fe Kα), galène (Pb Mα, S Kα), Bi2Se3 synthétique (Bi Mα, Se Lα), stibine (Sb Lα).

Formule structurale après soustraction de Ag selon la substitution : Ag + Sb 2 Pb .

Tableau 4

Formules structurales tirées des analyses à la microsonde électronique de la ménéghinite de différents gisements.

Structural formulas from various meneghinite electron microprobe microanalyses.

Référence Gisement (n°) Calcul sur 20 cations (sans Cu) ( Pb , Sn , Fe ) / Cu%
Cu Pb,Sn,Fe Sb Bi S,Se Bi,Sb (Bi,Sb) (poids)
[18] Siegerland 1 1,20 12,98 6,44 0,58 24,05 7,02 1,849 1,73
[18] id. 2 1,10 12,98 6,31 0,71 23,94 7,02 1,849 1,56
[18] id. 3 0,95 12,78 6,24 0,98 23,37 7,22 1,770 1,37
[18] id. 4 1,00 12,94 5,89 1,17 23,32 7,06 1,833 1,42
[18] id. 5 1,13 12,99 5,56 1,45 23,82 7,01 1,853 1,59
[18] id. 6 1,00 12,87 5,45 1,68 23,37 7,13 1,805 1,41
[18] id. 7 1,05 12,78 4,94 2,28 23,62 7,22 1,770 1,46
[18] id. 8 0,76 12,78 4,59 2,63 23,34 7,22 1,770 1,05
[18] id. 9 0,68 12,10 4,73 3,16 22,99 7,89 1,534 0,95
[18] id. 10 0,61 12,21 4,10 3,69 24,07 7,79 1,567 0,84
[6] Bleikvassli 8 1,16 12,91 6,97 0,12 23,65 7,09 1,821 1,70
[6] id. 9 1,06 13,15 6,78 0,06 24,98 6,84 1,923 1,51
[6] Bleikvassli 10 1,01 13,12 6,83 0,05 24,05 6,88 1,907 1,47
[15] La Lauzière 0,59 12,52 7,22 0,25 23,90 7,45 1,681 0,87
[16] Dhurode 0,93 12,99 6,95 0,06 23,36 7,01 1,853 1,35
[9] Bottino 0,83 12,99 7,02 0 23,99 7,02 1,850 1,20
[9] Anglesea Tp. 1,01 12,96 7,04 0 24,43 7,04 1,841 1,46
[9] Perry Silver 1,04 13,25 6,75 0 24,45 6,75 1,963 1,49
[9] Marmora 1,05 13,18 6,99 0 23,86 6,99 1,886 1,52
[4] Bardce 0,83 12,88 7,12 0 23,63 7,12 1,809 1,20
[2] Berezitovoe 0,73 12,76 5,62 1,61 23,66 7,23 1,765 1,04
[2] id. 0,43 12,60 4,56 2,84 23,52 7,4 1,703 0,47
[8] Bottino 0,82 12,89 7,11 0 23,71 7,11 1,813 1,15
Figure 1

Variation de la proportion en cuivre dans la formule structurale en fonction du rapport atomique Pb/(Sb+Bi) dans différents échantillons de ménéghinite (base : total des cations (sauf Cu) =20 at.).

Variation of the Cu atomic content versus the atomic ratio Pb/(Sb+Bi) in the structural formula of various meneghinite samples (on the basis of the cation total (without Cu) =20 at.).

3 Crystal structure

3.1 Procedure

X-ray single crystal diffraction data have been collected with a STOE Imaging Plate Diffraction System (Table 5). They confirm an orthorhombic symmetry, with conventional space group Pnma (equivalent to Pbnm of the sub-cell defined initially [7]).

Tableau 5

Structure cristalline de la ménéghinite de La Lauzière : paramètres, conditions opératoires, résultats de l'affinement.

Crystal structure of the meneghinite from La Lauzière: parameters, operating conditions, and refinement results.

Formule structurale (Z=4) Cu0,15Pb2(Pb0,53Sb0,47)(Pb0,46Sb0,54)(Sb0,75Pb0,19Bi0,06)S6
Masse molaire 1087,6 g
Température 293(2) K
Longueur d'onde (Mo Kα) 0,71073 Å
Système cristallin orthorhombique
Groupe spatial Pnma (n62)
Paramètres de la maille a=24,080(5) Å, b=4,1276(8) Å, c=11,369(2) Å
Volume 1130,0(4) Å3
Masse volumique (calculée) 6,393 g cm−3
Coefficient d'absorption 55,44 mm−1
F(000) 1869
Taille du cristal 0,04×0,10×0,32 mm3
Domaine angulaire enregistré 1,69–25,71°
Limites h,k,l −29⩽h⩽29, −4⩽k⩽4, −13⩽l⩽13
Réflexions enregistrées 9251
Réflexions indépendantes 1193 [R(int)=0,1677]
Méthode d'affinement moindres carrés sur F2
Données/paramètres 1193/77
Qualité affin. sur F2 S=1,017
Indices R finaux [I>2σ(I)] R1=0,0506, wR2=0,1026
Indices R (Σ données) R1=0,0626, wR2=0,1075
Densités électroniques résiduelles 2,476 et –2,458 e Å−3

The crystal structure was solved following three steps:

  • • first refinement on the basis of the structural model of [7], which permitted to precise the occupancy factor of Cu (S.o.f.=0.146), and to verify that two sites among the five full-occupied metallic sites contain Pb exclusively (Pb1 and Pb2);
  • • second refinement in order to precise the Pb/Sb ratio of the three mixed sites: Me3 and Me4 gave a Pb/Sb atomic ratio close to 1, while Me5 has major Sb, but with an excessively high Pb content; so all Bi content has been considered to occupy this site, together with Pb;
  • • finally, with a Bi S.o.f. fixed to 0.06 in Me5, the last refinement cycle has given the S.o.f. of Pb and Sb in Me3, Me4 and Me5; it gives a final R1=0.0506 (compared to 0.237 [7]).

Table 6 gives the atomic coordinates and occupancy factors of the structure; it gives the developed structural formula:

Cu 0.15 Pb 2( Pb 0.53 Sb 0.47)( Pb 0.46 Sb 0.54)
( Sb 0.75 Pb 0.19 Bi 0.06)S6

Tableau 6

Coordonnées atomiques (×104) et paramètres de déplacement atomique isotrope équivalent (U(eq) pour Pb, Sb, Cu) ou isotropes (U(iso) pour S) (en 103 Å2). U(eq)/(iso) est défini comme le tiers de la trace du tenseur orthogonalisé Uij.

Atomic coordinates (×104) and equivalent isotropic (U(eq) for Pb, Sb, Cu) or isotropic (U(iso) for S) displacement parameters (in 103 Å2). U(eq)/(iso) is defined as one third of the trace of the orthogonalised tensor Uij.

Atome 𝐱 𝐲 𝐳 S.o.f. 𝐔 ( eq ) / ( iso )
Pb1 2843(1) 1/4 4844(1) 1 30(1)
Pb2 3744(1) 1/4 1582(1) 1 22(1)
Me3 5263(1) 3/4 1506(1) Pb 0,533 28(1)
Sb 0,467 28(1)
Me4 4360(1) 3/4 4640(1) Pb 0,463 25(1)
Sb 0,537 25(1)
Me5 3491(1) 3/4 7805(1) Pb 0,193 23(1)
Sb 0,747 23(1)
Bi 0,060 23(1)
Cu 2544(5) 3/4 2551(18) 0,146 27(6)
S1 2626(2) 3/4 6612(5) 1 21(1)
S2 3478(2) 3/4 3393(4) 1 17(1)
S3 4366(2) 3/4 268(4) 1 18(1)
S4 4794(2) 1/4 2838(5) 1 26(1)
S5 3927(2) 1/4 5926(5) 1 32(1)
S6 1839(2) 3/4 4098(5) 1 44(2)

The reduced formula, on the basis of the unit-cell content, is Cu0.58Pb12.72(Sb7.04Bi0.24)S24, very close to that of the microprobe analysis, Cu0.56Pb12.56(Sb7.19Bi0.25)(S23.95Se0.03).

3.2 Structure description

The atom positions (Table 6) are very close to those given initially [7]. The main difference concerns the Cu S.o.f. (0.146 against 0.25). Fig. 2 shows the projection of the crystal structure along b, according to the general principles developed for crystal structures related to the SnS archetype [13], among which the meneghinite homologous series. There are two-atom thick, five-hemi-octahedra large ribbons parallel to b, connected along c in a SnS fashion, due to the stereo-chemical activity of the lone-electron-pair of Sb within mixed sites Me3, Me4 and Me5. The Cu tetrahedral site is located at the margins of the ribbons, connected with one S atom of an adjacent ribbon.

Figure 2

Projection selon b de la structure cristalline de la ménéghinite pauvre en cuivre de La Lauzière.

Projection along b of the crystal structure of the Cu-poor meneghinite from La Lauzière.

Metal–sulphur distances, together with their calculated bond valences [5], are given in Table 7. Bond valences for Cu and pure Pb1 and Pb2 sites agree with their theoretical values, while for mixed metal sites there is a significant deficit, related to the disymmetric coordination of Sb. Cu has a slightly disymmetric tetrahedral coordination (two short bonds of 2.359 Å, two longer of 2.444 Å – Fig. 3). Table 8 compares these distances as well as the SCuS angles to those given for meneghinite [7], and for its homologue jaskolskiite [14]. Data are very close for the three crystal structures; the most distorted Cu tetrahedron is observed for the Cu-poor meneghinite, the most regular one for jaskolskiite.

Tableau 7

Distances inter-atomiques d (Å) et valences de liaison (vl) relatives aux cations et au soufre.

Inter-atomic distances d (Å) and bond valences (vl) relative to cations and to sulfur atoms.

Cu Pb1 Pb2 Me3 (0,47 Sb + 0,53 Pb) Me4 (0,54 Sb + 0,46 Pb) Me5 (0,79 Sb + 0,15 Pb + 0,06 Bi) Total
𝐝 vl 𝐝 vl 𝐝 vl 𝐝 vl Sb vl Pb 𝐝 vl Sb vl Pb 𝐝 vl Sb vl Pb Bi
S1 2,359 ×2 0,52 2,928 ×2 0,72 3,299 0,13 2,486 0,72 0,25 1,90
S2 2,444 0,21 3,053 ×2 0,52 2,985 ×2 0,62 2,554 0,41 0,46 2,04
S3 2,955 ×2 0,67 2,578 0,33 0,49 3,504 0,05 0,02
3,021 ×2 0,20 0,30 2,06
S4 2,904 0,38 2,798 ×2 0,37 0,54 3,090 ×2 0,19 0,22
3,517 0,03 0,03 1,76
S5 2,886 0,40 3,511 0,03 0,04 2,736 ×2 0,50 0,56 3,150 ×2 0,24 0,08 1,85
S6 2,444 0,21 3,290 ×2 0,28 3,154 0,20 2,655 ×2 0,91 0,32 1,74
Total partiel 0,94 1,92 2,00 0,93 1,37 1,13 1,27 1,92 0,67
Total pondéré 0,14 1,92 2,00 2,30 (2,46 théorique) 2,40 (2,54 théorique) 2,59 (2,85 théorique) 11,35
Figure 3

Coordination du site tétraédrique à Cu et du site mixte adjacent Me5 à (Sb,Pb,Bi).

Geometry of the tetrahedral Cu site and of the neighbouring mixed (Sb,Pb,Bi) site Me5.

Tableau 8

Caractéristiques géométriques (distances CuS ; angles SCuS) du site tétraédrique à Cu dans la structure de la ménéghinite (cette étude, [7]) et celle de la jaskolskiite [14].

Geometry (CuS distances; SCuS angles) of the tetrahedral Cu site in the crystal structures of meneghinite (this study, [7]) and of jaskolskiite [14].

Distances CuS1 ( × 2 ) CuS2 CuS6 Valence de liaison
Ménéghinite–Cu0,15 2,359 2,444 2,444 0,94
Ménéghinite–Cu0,25 2,379 2,393 2,455 0,94
Jaskolskiite–Cu0,16 2,407 2,320 2,388 0,99
Angles S1CuS1 S2CuS6 S2CuS1 ( × 2 ) S1CuS6 ( × 2 )
Ménéghinite–Cu0,15 122,03° 110,93° 109,69° 101,83°
Ménéghinite–Cu0,25 120,37° 113,34° 110,61° 100,55°
Jaskolskiite–Cu0,16 116,26° 115,80° 111,53° 100,49°

4 Conclusion

The crystal structure of meneghinite from Entre-Deux-Roches clearly proves that the low Cu content revealed by microprobe analysis is integrally related to a low occupancy factor of the specific Cu tetrahedral site. The rarity in nature of Cu-poor varieties of meneghinite seems to be due first to paragenetic constraints. Generally, meneghinite is associated with galena, and this Pb excess favours the substitution Sb3++Δ→Pb2++Cu+, that is a high value of the coefficient x of the general structural formula. But at Entre-Deux-Roches galena is lacking [15], that permitted a Pb- and Cu-poor composition. Another explanation could be a stabilisation effect by Bi, as all three known occurrences of such a Cu-poor variety have a significant Bi content, which seems to be preferentially fixed on the Sb-rich mixed site Me5. Only low-temperature syntheses in the pseudo-quaternary PbSSb2S3Bi2S3Cu2S system would permit to test this hypothesis.

1 Introduction

La ménéghinite est un sulfure complexe de plomb et antimoine, contenant une faible teneur en cuivre, et pour laquelle a été proposée la formule stœchiométrique CuPb13Sb7S24 [3]. Cette espèce peut être synthétisée à haute température en l'absence de cuivre [17], avec pour formule Pb3Sb2S6, mais la présence de ce métal est nécessaire pour la stabiliser vers les basses températures [10], ce qui conduit à la formule structurale générale : CuxPb12+xSb8−xS24 (x variant de 0 à 1). L'étude de la structure cristalline [7] a révélé l'existence d'un site tétraédrique spécifique fixant le cuivre, et occupé à 25 % pour la formule stœchiométrique. La formule structurale de la ménéghinite naturelle dérive donc de la phase synthétique sans cuivre par la substitution hétérovalente : Sb3++Δ→Pb2++Cu+ (Δ : lacune tétraédrique). Cette étude présente la structure cristalline d'une ménéghinite naturelle, caractérisée par un déficit significatif en cuivre (x<1), en provenance de l'occurrence d'Entre-Deux-Roches (col de la Madeleine, massif de la Lauzière en Savoie, Alpes françaises [15]).

2 Caractérisation de la ménéghinite d'Entre-Deux-Roches

Cette ménéghinite, associée à du clinochlore, a été recueillie par des cristalliers de la région dans un filon de quartz. Elle se présente sous la forme d'aiguilles centimétriques, pour une épaisseur pouvant atteindre le millimètre ; ces fibres sont incluses dans des cristaux de quartz, ce qui les a généralement préservées d'une altération occasionnelle en bindheimite et stibiconite.

Le diagramme de poudre par diffraction des rayons X (Tableau 1) est en parfait accord avec celui de [11] et a fourni comme paramètres de maille : a =24,04(2), b=4,127(3) et c=11,363(6) Å, soit V=1127(3) Å3. Le Tableau 2 compare ces paramètres à ceux de la littérature ; à l'exception de la ménéghinite synthétique dépourvue de cuivre (paramètres plus courts) [12], les valeurs sont comparables, malgré la différence de composition de la ménéghinite d'Entre-Deux-Roches. Il apparaı̂t ainsi que, dans cette ménéghinite, la diminution de volume due à une plus faible teneur en Pb (et Cu) est compensée par l'augmentation de volume due à l'incorporation d'un peu de Bi à la place de Sb.

Trois analyses à la microsonde électronique ont été effectuées (Tableau 3) et les formules structurales déduites sur la base de 20 cations (Cu exclu). Cette ménéghinite se caractérise principalement par une teneur significative en bismuth, supérieure au pour-cent, ainsi que par une teneur en cuivre de 0,87 %, donc nettement inférieure aux teneurs habituellement rencontrées dans les échantillons naturels de cette espèce (Tableau 3). Par rapport à la formule générale initiale, le coefficient x calculé est proche de 0,56.

Le Tableau 4 et la Fig. 1 situent cette composition par rapport à différentes données tirées de la littérature, ainsi que par rapport à la ligne idéale de substitution. La Fig. 1, corrélant le nombre d'atomes de Cu de la formule structurale (base : Pb+Sb+Bi=20 at.) au rapport atomique Pb/(Sb+Bi), montre que la majorité des analyses se situent au voisinage de la formule stœ chiométrique, avec cependant une fluctuation significative, qui ne peut être imputée à l'hétérogénéité des sources de données (cf. fluctuations propres aux échantillons d'Apollo Mine [18]). Ces analyses se regroupent dans un intervalle de x allant de 0,8 à 1,2 environ. La ménéghinite d'Entre-Deux-Roches est très proche de la ligne idéale de substitution, avec Cu∼0,59 (soit x∼0,56, en moyennant les valeurs de x déduites des coefficients de Cu et de Pb).

Les deux échantillons suivants se caractérisent par de basses valeurs de Cu et Pb/(Sb+Bi). La composition riche en Bi et pauvre en Cu de Berezitovoe est une composition hypothétique, attribuée à une phase en inclusions sub-micrométrique, étroitement associée à une ménéghinite supposée stœ chiométrique [2]. Les deux analyses effectives de la ménéghinite d'Apollo mine [18], également riches en Bi et pauvres en Cu, se situent nettement à l'écart de la ligne idéale de substitution. Cette dérive cristallochimique pourrait s'expliquer de deux manières : soit une fraction de Cu est incorporée en dehors du site tétraédrique spécifique, selon la substitution 2 Pb ( Bi , Sb )+ Cu (substitution en site octaédrique, classique pour Ag), soit il existe des lacunes au niveau des sites octaédriques de Pb, selon la substitution 3 Pb 2 Bi +x (x : site octaédrique lacunaire). Dans le premier cas, il faudrait qu'environ 0,15 at. Cu soit en site octaédrique pour recaler l'analyse sur la ligne idéale de substitution. Dans le deuxième cas, il faudrait qu'environ 0,6 at. Pb soit remplacé (sur un total de 12,6), soit 5 % des sites (et donc 1,6 % de lacunes).

3 Structure cristalline

3.1 Procédure

Après rejet d'un premier cristal, montrant sur un cliché de Weissenberg un effet de surstructure selon c déjà observé [7], un deuxième cristal s'est avéré propice à un enregistrement à l'aide d'un diffractomètre IPDS (Imaging Plate Diffraction System) STOE. Le Tableau 5 donne les conditions d'enregistrement. Les diffractions correspondent au groupe spatial conventionnel Pnma (n 62), équivalent du groupe Pbnm établi initialement [7] pour la maille simple selon la transformation d'axes : abc (Pnma)→cab (Pbnm).

La résolution de la structure s'est faite en plusieurs étapes :

  • • on a d'abord effectué un premier affinement, en prenant comme base le modèle initial [7] ; cela a permis, d'une part, d'affiner le taux de remplissage du site à Cu (coefficient d'occupation : S.o.f.=0,146) et, d'autre part, de confirmer, par les calculs de valence de liaison, que deux des cinq sites cationiques sont occupés uniquement par Pb, à savoir Pb1 et Pb2 ;
  • • ensuite, les trois sites restants ont été affinés en libérant le rapport Pb/Sb ; comme dans le modèle primitif [7], deux sites (Me3 et Me4) ont donné un rapport Pb/Sb proche de 1, le troisième (Me5) étant à dominante de Sb ; si l'on considère, toujours sur la base de ce modèle, que c'est le remplacement partiel de Sb par Pb dans ce dernier site qui est corrélé au remplissage en Cu du site adjacent, il apparaı̂t que la proportion de Pb est excessive par rapport à Cu ; nous avons donc choisi de fixer tout le bismuth révélé par l'analyse microsonde dans ce site Me5 ;
  • • le dernier affinement a alors consisté, après avoir fixé la fraction de Bi dans ce dernier site (S.o.f. =0,06), à laisser s'affiner les rapports Pb/Sb des trois sites mixtes (remarque : le sélénium, du fait de sa basse teneur, n'a pas été pris en compte) ; le résultat final (Tableau 6) aboutit à R1=0,0506 (contre 0,237 [7]), et conduit à la formule structurale développée (Tableau 5) : Cu0,15Pb2(Pb0,53Sb0,47)(Pb0,46Sb0,54)(Sb0,75Pb0,19Bi0,06)S6.

La formule réduite, correspondant au contenu de la maille élémentaire, est Cu0,58Pb12,72(Sb7,04Bi0,24)S24, très proche de la formule structurale donnée par analyse microsonde (Tableau 4), à savoir Cu0,56Pb12,56(Sb7,19Bi0,25)(S23,95Se0,03).

3.2 Description de la structure

Les positions atomiques (Tableau 6) correspondent, à de faibles déplacements près, au modèle structural initial [7]. La différence principale tient au taux d'occupation du site tétraédrique contenant le cuivre, affiné à un coefficient d'occupation de 0,146, contre 0,25 pour la première résolution structurale.

La Fig. 2 donne la projection de la structure cristalline selon b. La représentation de cette structure reprend les principes développés pour les structures de sulfosels de plomb dérivés de l'archétype SnS [13], appliqués notamment à la série homologue de la ménéghinite. Dans celle-ci (Fig. 2), on distingue, selon la description de [13], des rubans d'épaisseur diatomique (en hachurés) et cinq hémi-octaèdres de largeur. Deux rubans s'accolent selon c, en mettant en vis-à-vis les sites mixtes Me3, Me4 et Me5, avec un décalage de 12 selon b, afin de minimiser la répulsion due à la paire électronique non liée (symbolisée par les paires de petits cercles dans le centre de la figure) des atomes de Sb présents dans ces sites mixtes. Cet effet stéréochimique de Sb conduit ainsi à une organisation directement dérivée de l'archétype SnS, et l'accolement à l'infini des rubans selon c forme un feuillet parallèle à (100), correspondant au plan (501) de SnS [13]. Deux feuillets successifs selon a se correspondent selon un miroir de glissement (100), avec une interface selon une surface ondulée (ligne en tiretés sur la Fig. 2). Le site tétraédrique à cuivre se situe aux deux extrémités du ruban et participe à l'interface par sa liaison à un atome de soufre d'un ruban adjacent.

Le Tableau 7 présente la coordination des atomes, ainsi que les distances cation-soufre et leurs valences de liaison [5]. Les valences calculées pour le cuivre (0,94) et les sites purement à Pb (Pb1 et Pb2 – 1,99 et 1,92 respectivement) sont proches des valences attendues ; les sites mixtes montrent, en revanche, un déficit notable, qui est lié à la présence d'antimoine en coordination fortement dissymétrique, élément pour lequel les valences de liaison sont toujours sous-estimées.

Le cuivre présente un environnement tétraédrique légèrement dissymétrique, avec deux liaisons courtes CuS1 à 2,359 Å, et deux plus longues à 2,444 Å (Fig. 3). Les six angles SCuS sont compris entre 102 et 122°. Le Tableau 8 compare ces caractéristiques à celles relatives à la résolution structurale initiale [7], ainsi qu'à celles obtenues sur la structure de l'homologue de la ménéghinite, la jaskolskiite [14]. On voit que, pour les trois structures, les données sont très proches, avec notamment les valeurs des angles SCuS pour la ménéghinite de Bottino, systématiquement intermédiaires entre les valeurs propres aux deux autres structures. Le site tétraédrique à Cu de la ménéghinite d'Entre-Deux-Roches apparaı̂t ainsi comme le plus déformé, celui de la jaskolskiite comme le plus régulier.

4 Conclusion

La résolution de la structure cristalline de la ménéghinite d'Entre-Deux-Roches montre clairement que la faible teneur en cuivre, révélée par analyse à la microsonde électronique, se répercute intégralement dans un abaissement du coefficient de remplissage du site tétraédrique spécifique à ce métal.

La rareté dans la nature de ménéghinites nettement appauvries en Cu par rapport à la formule stœchiométrique classique semble s'expliquer, en premier lieu, par des contraintes paragénétiques. En effet, en règle générale, la ménéghinite se trouve étroitement associée à la galène, c'est-à-dire en excès de Pb, ce qui va favoriser la substitution Sb3++Δ→Pb2++Cu+, donc un coefficient x élevé de la formule structurale générale. A Entre-Deux-Roches, la ménéghinite, très abondante, est le seul sulfure observé jusqu'à présent [15] : la contrainte paragénétique ci-dessus n'a pas joué, ce qui a rendu possible une composition appauvrie en Cu et Pb.

Cependant, on ne peut exclure par ailleurs un rôle stabilisateur du bismuth, car, jusqu'à présent, les trois cas décrits de ménéghinite naturelle pauvre en cuivre montrent des teneurs significatives en Bi. L'affinité cristallochimique de Bi avec Sb peut, comme nous l'avons supposé d'après l'étude structurale, conduire à sa fixation préférentielle sur le site à Sb dominant couplé au site à Cu. Cela permettrait alors de diminuer la teneur en Cu nécessaire à la stabilisation structurale de la ménéghinite. Seules des synthèses à relativement basse température (300–400 °C), dans le système pseudo-quaternaire PbSSb2S3Bi2S3Cu2S, permettraient de vérifier cette hypothèse.

Remerciements

Nous remercions sincèrement le Dr Z. Johan pour la revue critique de cet article. Le Dr François Bussy, de l'institut de minéralogie et géochimie de l'université de Lausanne, nous a apporté une aide précieuse dans l'analyse à la microsonde électronique.


References

[1] Anonyme, Meneghinite, X-ray powder diagram No 75 1586, ICDD Grant-in-Aid, JCPDS–International Centre for Diffraction Data, 1997

[2] O.V. Balitskaya; A.C. Vax; A.V. Sivtsov; N.N. Mozgova Sulfosels ultra-microcristallins du système PbCuSbBiS, Mineral. J., Volume 9 (1987), pp. 35-45 (en russe)

[3] L.G. Berry; D.A. Moddle Studies of mineral sulpho-salts. V. Meneghinite from Ontario and Tuscany, Univ. Toronto Stud. Geol. Ser., Volume 46 (1941), pp. 5-17

[4] I. Bonev; J. Jordanov Ménéghinite du gisement de Bardce, district de Malko Tarnovo : un nouveau minéral de Bulgarie, Geochem. Mineral. Petrol., Volume 17 (1983), pp. 51-54 (en bulgare)

[5] N.E. Brese; M. O'Keeffe Bond-valence parameters for solids, Acta Crystallogr. B, Volume 47 (1991), pp. 192-197

[6] N.J. Cook; P.G. Spry; F.M. Vokes Mineralogy and textural relationships among sulphosalts and related minerals in the Bleikvassli ZnPb(Cu) deposit, Nordland, Norway, Miner. Deposita, Volume 34 (1998), pp. 35-56

[7] R. Euler; E. Hellner Über komplex zusammengesetzte sulfidische Erze. VI. Zur Kristallstruktur des Meneghinits, CuPb13Sb7S24, Z. Kristallogr., Volume 113 (1960), pp. 345-372

[8] K. Fredriksson; C.A. Andersen Electron probe analyses of copper in meneghinite, Am. Mineral., Volume 49 (1964), pp. 1467-1469

[9] W.D. Hicks; E.W. Nuffield Natural and synthetic meneghinite, Can. Mineral., Volume 16 (1978), pp. 393-395

[10] S.N. Hoda; L.L.Y. Chang Phase relations in the pseudo-ternary system PbSCu2SSb2S3 and the synthesis of meneghinite, Can. Mineral., Volume 13 (1975), pp. 388-393

[11] D. Hodland; G. McCarthy; P. Bayliss Meneghinite, X-ray powder diagram No. 43 1476, ICDD Grant-in-Aid, JCPDS–International Centre for Diffraction Data, 1991

[12] J.L. Jambor Synthetic copper-free meneghinite, Geol. Surv. Can. Pap., Volume 75-1B (1975), pp. 71-72

[13] E. Makovicky The building principles and classification of sulphosalts based on the SnS archetype, Fortschr. Miner., Volume 63 (1985), pp. 45-89

[14] E. Makovicky; R. Nørrestam The crystal structure of jaskolskiite, CuxPb2+x(Sb,Bi)2−xS5 (x≈0.2), a member of the meneghinite homologous series, Z. Kristallogr., Volume 171 (1985), pp. 179-194

[15] N. Meisser; Y. Moëlo La ménéghinite d'Entre-Deux-Roches, Le Règne Minéral (vol. hors-série), Volume VI (2000), pp. 50-51

[16] Ni Wen; J.R. Ashworth; R.A. Ixer Evidence for the mechanism of the reaction producing a bournonite-galena symplectite from meneghinite, Miner. Mag., Volume 55 (1991), pp. 153-158

[17] B. Salanci Beiträge zum System PbSSb2S3 in Beziehung zu natürlichen Blei-Antimon-Sulfomineralien, N. Jb. Miner. Abh., Volume 135 (1979), pp. 315-326

[18] T. Wagner; N.J. Cook Bismuth-antimony sulfosalts from siderite-hosted vein mineralization, Apollo mine, Siegerland, FRG, N. Jb. Miner. Abh., Volume 171 (1996), pp. 135-153

[19] N. Wang Synthesis and crystal data of a Cu-free ‘meneghinite’, Can. Mineral., Volume 15 (1977), pp. 115-116


Comments - Policy