Outline
Comptes Rendus

Découverte de turbidites du Crétacé supérieur métamorphisées au contact d'intrusions d'ophites dans les Pyrénées occidentales (vallée d'Aspe, France). Vers une révision de l'âge des ophites pyrénéennes
[Discovery of contact metamorphism in Upper Cretaceous turbidites related to ophites intrusions in the western Pyrenees (Aspe Valley, France). Toward a revision of the age of the Pyrenean ophites]
Comptes Rendus. Géoscience, Volume 334 (2002) no. 3, pp. 197-203.

Abstracts

Sur le versant français des Pyrénées, dans la région de Bedous en vallée d'Aspe, des turbidites fines datées classiquement du Carbonifère et du Trias sont attribuées au Crétacé supérieur. Elles contiennent des fucoı̈des et des associations de Globotruncanidae de la zone à Dicarinella concavata (Turonien supérieur–Santonien inférieur) et sont métamorphisées au contact d'intrusions d'ophites. Cette découverte implique une interprétation nouvelle de la stratigraphie et de la paléogéographie régionales. Elle remet aussi en question l'âge d'émission des ophites de la région ainsi que les relations structurales du « bassin de Bedous » avec la Zone nord-pyrénéenne au nord et la Haute chaı̂ne primaire au sud.

On the French side of the Pyrenees, in the Bedous area of the Aspe Valley, fine-grained turbidites classically dated as Carboniferous and Triassic are attributed to the Upper Cretaceous. They contain fucoids and Globotruncanidae assemblages of the Dicarinella concavata Zone (Upper Turonian–Lower Santonian) and are metamorphosed at the contact of ophites intrusions. This discovery implies a new interpretation of the regional stratigraphy and palaeogeography. Moreover, it questions the age of the ophites emplacement in the region as well as the structural relationships between the ‘Bedous basin’ and the North Pyrenean Zone to the north and the Palaeozoic High Chain to the south.

Metadata
Received:
Accepted:
Published online:
DOI: 10.1016/S1631-0713(02)01749-2
Mot clés : Pyrénées, Crétacé, turbidites, fucoı̈des, Globotruncanidae, ophites, Stratigraphie
Keywords: Pyrenees, Cretaceous, turbidites, fucoids, Globotruncanidae, ophites, Stratigraphy

Christian Desreumaux 1; Bernard Clément 1; Richard Fabre 1; Bruno Martins-Campina 1

1 Centre de développement des géosciences appliquées, université Bordeaux-1, av. des Facultés, 33405 Talence cedex, France
@article{CRGEOS_2002__334_3_197_0,
     author = {Christian Desreumaux and Bernard Cl\'ement and Richard Fabre and Bruno Martins-Campina},
     title = {D\'ecouverte de turbidites du {Cr\'etac\'e} sup\'erieur m\'etamorphis\'ees au contact d'intrusions d'ophites dans les {Pyr\'en\'ees} occidentales (vall\'ee {d'Aspe,} {France).} {Vers} une r\'evision de l'\^age des ophites pyr\'en\'eennes},
     journal = {Comptes Rendus. G\'eoscience},
     pages = {197--203},
     publisher = {Elsevier},
     volume = {334},
     number = {3},
     year = {2002},
     doi = {10.1016/S1631-0713(02)01749-2},
     language = {fr},
}
TY  - JOUR
AU  - Christian Desreumaux
AU  - Bernard Clément
AU  - Richard Fabre
AU  - Bruno Martins-Campina
TI  - Découverte de turbidites du Crétacé supérieur métamorphisées au contact d'intrusions d'ophites dans les Pyrénées occidentales (vallée d'Aspe, France). Vers une révision de l'âge des ophites pyrénéennes
JO  - Comptes Rendus. Géoscience
PY  - 2002
SP  - 197
EP  - 203
VL  - 334
IS  - 3
PB  - Elsevier
DO  - 10.1016/S1631-0713(02)01749-2
LA  - fr
ID  - CRGEOS_2002__334_3_197_0
ER  - 
%0 Journal Article
%A Christian Desreumaux
%A Bernard Clément
%A Richard Fabre
%A Bruno Martins-Campina
%T Découverte de turbidites du Crétacé supérieur métamorphisées au contact d'intrusions d'ophites dans les Pyrénées occidentales (vallée d'Aspe, France). Vers une révision de l'âge des ophites pyrénéennes
%J Comptes Rendus. Géoscience
%D 2002
%P 197-203
%V 334
%N 3
%I Elsevier
%R 10.1016/S1631-0713(02)01749-2
%G fr
%F CRGEOS_2002__334_3_197_0
Christian Desreumaux; Bernard Clément; Richard Fabre; Bruno Martins-Campina. Découverte de turbidites du Crétacé supérieur métamorphisées au contact d'intrusions d'ophites dans les Pyrénées occidentales (vallée d'Aspe, France). Vers une révision de l'âge des ophites pyrénéennes. Comptes Rendus. Géoscience, Volume 334 (2002) no. 3, pp. 197-203. doi : 10.1016/S1631-0713(02)01749-2. https://comptes-rendus.academie-sciences.fr/geoscience/articles/10.1016/S1631-0713(02)01749-2/

Version originale du texte intégral

Abridged version

1 Introduction

The Bedous area of the Aspe Valley is of high interest, because it is located at the Europe and Iberia plates boundary (Fig. 1A), in an area where Pyrenean general metamorphism is absent. A first geological setting was defined by Fournier [12], Carez [4,5], and Bresson [2]. Towards the north, the Layens–Ourdinse secondary chain of the North Pyrenean Zone is built up of Mesozoic platform formations of Triassic to Lower Cretaceous age that are affected by a north-vergent tangential tectonics. Towards the south, the High Chain comprises a Palaeozoic basement and an Upper Cretaceous sedimentary cover that consists of hippurites platform limestones and a fucoids flysch. Between these two zones is a median zone composed of a Palaeozoic basement, Triassic formations and ophites that overthrust the High Chain cover towards the south.

Figure 1

A. Localisation de B. B. Cadre géologique régional d'après des travaux antérieurs [3,7,8,17,21]. C. Coupes géologiques C1 et C2 d'après Ribis (1965). 1 : Paléozoı̈que indifférencié ; 2 : Permien–Trias (formations sédimentaires et ophites) ; 3 : Jurassique ; 4 : Crétacé inférieur ; 5 : Albien ; 6 : Albien-Cénomanien ; 7 : Cénomanien à Campanien p.p. ; 8 : Campanien p.p.–Maastrichtien ; 9 : alluvions ; ϕ : chevauchement majeur. P1 à P7 et F1 à F4 : localisation des échantillons ; C1, C2 : position des coupes géologiques d'après Ribis [17] ; AB : position de la coupe géologique de la Fig. 3.

A. Location of B. B. Regional geologic setting after previous works [3,7,8,17,21]. C. Geologic cross-sections C1 and C2 after Ribis (1965). 1: Undifferentiated Palaeozoic; 2: Permian–Triassic (sedimentary formations and ophites); 3: Jurassic; 4: Lower Cretaceous; 5: Albian; 6: Albian–Cenomanian; 7: Cenomanian to Campanian p.p.; 8: Campanian p.p.–Maastrichtian; 9: alluvions; ϕ: major thrust. P1 to P7 and F1 to F4: location of samples; C1, C2: position of geologic cross-sections after Ribis [17]; AB: position of the geologic cross-section of Fig. 3.

More recently, Canérot [3], Ribis [17], Ternet [21], Castéras et al. [7,8] mainly took this geological setting again (Fig. 1B).

The north-vergent tangential tectonics of the Layens–Ourdinse secondary chain is confirmed [11,16] as well as the south-vergent tangential tectonics of the High Chain cover [8].

The median zone is considered as a part of the High Chain where the Palaeozoic basement forms the Bois de la Traillère and Igountze massifs [8,15], whereas the ‘Bedous basin’ corresponds to a trough where sedimentary formations and ophites that are both considered as Triassic in age crop out (Fig. 1B). This zone overlies the cover of the High Chain with a major abnormal contact (Fig. 1C).

The geology of the northern and southern zones appears to be admitted as a whole. On the contrary, it is not at all the case for the median zone. For Viers [24], the Igountze massif is mainly composed of Upper Cretaceous formations. The occurrence of Upper Cretaceous is recognized in the ‘Bedous basin’ [9].

The problem of the age of the ophites remains very debated. The metamorphism at their contact is described by Lacroix [14] that considers their emplacement as post-Triassic. Carez [5] observes ophites intruded into Upper Cretaceous formations. Most of the authors refute the existence of a contact metamorphism that affects post-Triassic formations and consider the ophites as Triassic in age [3,19,21–23]. Bossière [1] thinks that the problem of the age of the ophites is not solved. Several authors observe that the age of the ophites is younger than the age of the Cretaceous formations that are metamorphosed at their contact [9,10,13,25,26].

2 New field data and datings

The preliminary results presented herein have been obtained in the eastern part of the median zone between the Arricq and Gabarret creeks to the north and the Malugar and la Berthe creeks to the south (Fig. 2). They concern a turbidite formation metamorphosed around ophite intrusions.

Figure 2

Localisation détaillée des échantillons. Les lignes chiffrées correspondent au quadrillage kilométrique UTM, fuseau 30. P1 à P7 et F1 à F4 : localisation des échantillons. AB : position de la coupe géologique de la Fig. 3.

Detailed location of samples. Numbered lines indicate the kilometric UTM grid, zone 30. P1 to P7 and F1 to F4: location of samples. AB: position of the geologic cross-section of Fig. 3.

2.1 Description

The turbiditic formation is mainly composed of mud turbidites that display incomplete Piper and Stow sequences (in [20]) in which T7 terms dominate. Silt and sand turbidites are much less frequent, rudites are absent. The calcareous content is very low or inexistent. However, some calcilutite beds are present. Fucoids occur at points F1 to F4 (Figs. 1B and 2). They are frequent within the Coniacian flyschs in the western Pyrenees.

The ophites intrusions crop out at points of variable sizes. The most important is the diapiric dome of the Soum de Pirait (Fig. 2). These ophites are related to oversaturated tholeiitic magmatism. On their edges whitish to very pale green rock masses with a talcous touch frequently crop out. These masses are of hydrothermal origin. When weathered, they often display a motley aspect, which explains why they have been wrongly considered as Keuper sediments.

At the ophites contact, the schists acquire an annealing aspect with a light grey to yellowish colour. At point P4 (Figs. 1B and 2), the Globotruncanidae are completely rubefacted. The limestones are dolomitised and mimic cellular dolomites. They also were wrongly attributed to the Triassic.

Most frequent minerals are quartz and pyrite. Some exceptional outcrops contain albite, pyrrhotite and phlogopite. The first 40Ar/39Ar datings on phlogopites (Desreumaux and Monié, in preparation) give ages from 62 to 63 Ma.

2.2 Datings

Only seven points were positive: points P1 to P7 (Figs. 1B and 2). Table 1 summarizes the results. According to the stratigraphic repartition of the planktic foraminifera [6], the age intervals attributed to these points are the following: P1, P2, P5, P7, Upper Turonian–Lower Santonian; P3 (only two species): Middle Turonian–Lower Santonian; P4: Upper Turonian–Middle Santonian; P6 (only one species): Middle Turonian–Upper Santonian.

Tableau 1

Échantillons : données et résultats.

Samples: data and results.

N° échantillon Données UTM Nature de la roche Traitement Globotruncanidae
(fuseau 30) Ichnofossiles
P1 x=691,700 schiste ocre à noirâtre lavage Marginotruncana pseudolinneiana Pessagno, M. sigali (Reichel),
y=4762,050 M. coronata (Bolli), M. sinuosa Porthault, M. marginata (Reuss),
M. undulata (Lehmann), M. angusticarinata (Gandolfi),
Dicarinella primitiva (Dalbiez)
P2 x=691,400 schiste ocre à noirâtre lavage Marginotruncana pseudolinneiana Pessagno, M. sigali (Reichel),
y=4762,185 M. marginata (Reuss), M. undulata (Lehmann),
M. coronata (Bolli), M. angusticarinata (Gandolfi)
P3 x=691,380 schiste ocre à noirâtre lavage Marginotruncana pseudolinneiana Pessagno, M. sigali (Reichel)
y=4762,260
P4 x=692,075 schiste gris à noirâtre lavage Marginotruncana coronata (Bolli), M. sinuosa Porthault,
y=4763,160 M. marginata (Reuss),
Hedbergella flandrini Porthault
P5 x=693,925 schiste noir satiné lame mince Marginotruncana pseudolinneiana Pessagno, M. renzi (Gandolfi),
y=4762,900 M. coronata (Bolli), M. schneegansi (Sigal), M. sinuosa Porthault,
Dicarinella primitiva (Dalbiez),
Hedbergella delrioensis (Carsey)
P6 x=694,110 schiste noir satiné lame mince Marginotruncana marginata (Reuss)
y=4762,900
P7 x=698,575 schiste noir lame mince Marginotruncana pseudolinneiana Pessagno, M. renzi (Gandolfi),
y=4763,040 M. coronata (Bolli), M. marginata (Reuss), M. sigali (Reichel),
M. schneegansi (Sigal)
F1 x=691,700 turbidite sableuse Fucoı̈des
y=4762,050
F2 x=695,075 schiste ocre satiné Fucoı̈des
y=4760,025
F3 x=698,310 schiste ocre satiné Fucoı̈des
y=4761,000
F4 x=697,850 turbidite silteuse Fucoı̈des
y=4761,250

Consequently, the main probable age interval of the Globotruncanidae microfauna of the turbidites in the Bedous area is the Upper Turonian–Lower Santonian interval, that corresponds to the Dicarinella concavata Zone [18]. The microfauna and facies of P1 are identical with those of P2, P3 and P4. This confirms the absence of a major abnormal contact at this level. Westwards, the flysch of the High Chain cover contains Globotruncanidae up to the Upper Maastrichtian, such as Rosita contusa [17].

3 Conclusion

A new geological pattern is proposed (Fig. 3). The formations previously considered as Palaeozoic or Triassic in age in the median zone of the Bedous area must be attributed now to the Upper Cretaceous. The platform limestones of the cover of the Palaeozoic High Chain are older than the turbidites that are Upper Turonian to Lower Santonian in age. Therefore, their top cannot be attributed to the Campanian. Revising their stratigraphy would be useful.

Figure 3

Coupe géologique AB de la zone sud à la zone nord (position sur la Fig. 2). Pz : Paléozoı̈que ; t : Trias ; J : Jurassique (Lias inférieur–Oxfordien) ; Ci : Crétacé inférieur (Aptien supérieur) ; CsC : Crétacé supérieur, calcaires (Cénomanien–Turonien supérieur p.p. ?) ; CsFl : Crétacé supérieur, flysch (Turonien supérieur p.p. ?–Santonien inférieur) ; ω : ophite ; M : métamorphisme de contact ; P1, P4 : affleurements fossilifères.

AB geologic cross-section from the south zone to the north zone (position in Fig. 2). Pz: Palaeozoic; t: Triassic; J: Jurassic (Lower Liassic–Oxfordian); Ci: Lower Cretaceous (Upper Aptian); CsC: Upper Cretaceous, limestones (Cenomanian–Upper Turonian p.p.?); CsFl, flysch (Upper Turonian p.p.?–Lower Santonian); ω: ophite; M: contact metamorphism; P1, P4: fossiliferous outcrops.

During a period of extension and transtension, the subsidence of the area begins in the Turonian. This subsidence leads to the formation of a basin in which turbidites accumulate until the end of the Maastrichtian. During the Danian, the presence of faults related to the weakening of this basin allows the rise of a tholeiitic magma that is often diapiric. This magma leads to the contact metamorphism of the enclosing formations.

Then, during the Pyrenean compressive phases, the tholeiitic magmatism diapiric features and the tectonic inversions explain the double-verging tangential tectonics to the north and to the south observed both in the Layens–Ourdinse secondary chain and in the sedimentary cover of the Palaeozoic High Chain.

1 Introduction

La région de Bedous en vallée d'Aspe est d'un grand intérêt, car elle se situe aux confins des plaques Europe et Ibérie (Fig. 1A), dans un secteur où le métamorphisme général pyrénéen est absent. Un premier cadre géologique est défini par Fournier [12], Carez [4,5] et Bresson [2]. Au nord, le chaı̂non Layens–Ourdinse de la Zone nord-pyrénéenne est constitué de formations mésozoı̈ques de plate-forme, du Trias au Crétacé inférieur, qui sont affectées par une tectonique tangentielle à vergence nord. Au sud, la Haute chaı̂ne comprend un socle paléozoı̈que et une couverture sédimentaire du Crétacé supérieur, composée de calcaires de plate-forme à hippurites et d'un flysch à fucoı̈des. Entre ces deux zones se trouve une zone médiane (bassin de Bedous et massif du Bois-de-la-Traillère), à socle paléozoı̈que et à formations du Trias et d'ophites qui chevauchent la couverture de la Haute chaı̂ne vers le sud (Fig. 2).

Canérot [3], Ribis [17], Ternet [21], Castéras et al. [7,8] reprennent, pour l'essentiel, ce cadre géologique (Fig. 1B).

La tectonique tangentielle à vergence nord du chaı̂non Layens–Ourdinse est confirmée [11,16], de même que la tectonique tangentielle à vergence sud de la couverture de la Haute chaı̂ne [8].

La zone médiane est considérée comme un diverticule de la Haute chaı̂ne, dans lequel le socle paléozoı̈que constitue le massif du Bois-de-la-Traillère et le massif d'Igountze [8,15], tandis que le « bassin de Bedous » correspond à une zone d'ennoyage où affleurent des formations sédimentaires et des ophites attribuées au Trias (Fig. 1B). Cette zone repose par un contact anormal majeur sur la couverture de la Haute chaı̂ne (Fig. 1C).

La géologie des zones nord et sud paraı̂t acquise dans son ensemble. Il n'en est pas de même pour la zone médiane. Son contenu, d'une part, ses rapports structuraux avec les zones nord et sud, d'autre part, doivent être révisés.

Pour Viers [24], le massif d'Igountze est constitué essentiellement de formations du Crétacé supérieur. La présence de Crétacé supérieur est signalée dans le « bassin de Bedous » [9].

Le problème de l'âge des ophites reste très controversé. Lacroix [14] décrit le métamorphisme à leur contact et considère que leur mise en place est postérieure au Trias. Carez [5] observe des ophites intrusives dans le Crétacé supérieur. La plupart des auteurs réfutent l'existence d'un métamorphisme de contact qui affecterait des formations postérieures au Trias et considèrent que les ophites datent du Trias [3,19,21–23]. Néanmoins, selon Bossière [1], l'âge des ophites n'est pas résolu. Plusieurs auteurs observent qu'il est postérieur aux formations du Crétacé métamorphisées à leur contact [9,10,13,25,26].

2 Nouvelles données de terrain et datations

Les travaux de cartographie détaillée sont en cours. Les résultats préliminaires présentés ici ont été obtenus dans la partie est de la zone médiane comprise entre les ruisseaux l'Arricq et Gabarret, au nord, et les ruisseaux Malugar et la Berthe, au sud (Fig. 2). Ils concernent une formation turbiditique métamorphisée autour d'intrusions d'ophites.

2.1 Description

La formation turbiditique est identique à celle de la zone sud. Elle se compose surtout de turbidites vaseuses à séquences de Piper et Stow (in [20]) incomplètes, à termes T7 dominants. Les turbidites silteuses et sableuses sont beaucoup moins fréquentes, les rudites sont absentes. L'ensemble n'est que très peu ou calcaire. Quelques bancs de calcilutites sont cependant présents.

Cette formation, traversée par des intrusions d'ophites, présente des directions et des pendages quelconques, ce qui rend impossible tout calcul d'épaisseur et tout établissement de colonnes stratigraphiques. Des fucoı̈des sont présents aux points F1 à F4 (Figs. 1B et 2). Ces ichnofossiles sont fréquents dans les flyschs du Coniacien des Pyrénées occidentales.

Le substratum de la zone est constitué par des intrusions d'ophites, qui affleurent en des pointements de taille variable. Le plus important est le dôme diapirique de la Soum de Pirait (Fig. 2) qui présente une section elliptique, avec un grand axe N110° d'environ 5 km et un petit axe N20° d'environ 2 km. Ces ophites sont issues d'un magmatisme tholéı̈tique sursaturé. Jusqu'à près de 10 % de quartz apparaissent dans la norme CIPW. Les textures et les altérations sont très variables. La taille du grain diminue du cœur de l'intrusion vers la périphérie, tandis que les altérations hydrothermales s'accentuent. À la bordure des ophites affleurent fréquemment des masses blanchâtres à vert très pâle et à toucher talqueux. Ce sont des masses d'origine hydrothermale, qui présentent des paragenèses à quartz–chlorite–muscovite, quartz–chlorite–actinote ou encore à quartz–chlorite–talc. Quand elles sont altérées, elles présentent souvent un aspect bariolé, ce qui explique qu'elles aient été considérées à tort comme des sédiments du Keuper.

L'épaisseur de l'auréole de métamorphisme de contact varie de quelques centimètres à quelques dizaines de mètres. Les schistes prennent un aspect recuit et une teinte gris clair à jaunâtre. Au point P4 (Figs. 1B et 2), les Globotruncanidae sont complètement rubéfiées. Les calcaires sont dolomitisés et ont un aspect caverneux, vacuolaire. Ils présentent une couleur ocre jaunâtre et miment les cargneules. Ils étaient eux aussi attribués à tort au Trias.

Les minéraux les plus fréquents sont le quartz et la pyrite. Quelques affleurements exceptionnels renferment de l'albite, de la pyrrhotite et de la phlogopite. Les premières datations 40Ar/39Ar sur phlogopites (Desreumaux et Monié, en préparation) donnent des âges s'étageant de 62 à 63 Ma.

2.2 Datations

Seuls sept sites ont fourni des résultats positifs : les points P1 à P7 (Figs. 1B et 2). Le Tableau 1 résume les résultats obtenus. D'après la répartition stratigraphique des foraminifères planctoniques [6], les tranches d'âge attribuables à ces points sont les suivantes : P1, P2, P5, P7, Turonien supérieur–Santonien inférieur ; P3 (deux espèces seulement) : Turonien moyen–Santonien inférieur ; P4 : Turonien supérieur–Santonien moyen ; P6 (une espèce seulement), Turonien moyen–Santonien supérieur.

Par conséquent, la tranche d'âge la plus probable des microfaunes de Globotruncanidae récoltées est l'intervalle Turonien supérieur–Santonien inférieur, ce qui correspond à la zone à Dicarinella concavata [18]. Les microfaunes et faciès de P1 sont identiques à ceux de P2, P3 et P4. Cela étaye la continuité de ces séquences. Vers l'ouest, le flysch de la couverture de la Haute chaı̂ne renferme des Globotruncanidae, dont les plus récentes caractérisent le Maastrichtien supérieur, Rosita contusa en particulier [17].

3 Conclusion : vers un nouveau modèle géodynamique du secteur

Une nouvelle structure géologique est proposée (Fig. 3). Les formations considérées précédemment comme datant du Paléozoı̈que ou du Trias dans la zone médiane de la région de Bedous doivent être attribuées dorénavant au Crétacé supérieur. Les calcaires de plate-forme de la couverture de la Haute chaı̂ne primaire sont antérieurs aux turbidites du Turonien supérieur–Santonien inférieur. Leur sommet ne peut donc pas être attribué au Campanien. Cette découverte implique une révision de leur stratigraphie.

Au cours d'une période d'extension et de transtension, la subsidence de la région débute au Turonien. Cette subsidence entraı̂ne la formation d'un bassin où s'accumulent des turbidites jusqu'à la fin du Maastrichtien. Au Danien, la présence de failles permet la montée d'un magma tholéı̈tique souvent diapirique. Ce magma induit un métamorphisme de contact dans les terrains encaissants.

Par la suite, au cours des phases compressives pyrénéennes, les caractères diapiriques du magmatisme tholéı̈tique et les inversions tectoniques expliquent la tectonique tangentielle à double vergence nord et sud observée dans le chaı̂non Layens–Ourdinse et dans la couverture sédimentaire de la Haute chaı̂ne primaire.

Remerciements

Nous remercions infiniment Marie-José Fondecave-Wallez pour la détermination spécifique des foraminifères planctoniques ; cet apport est majeur dans la découverte que nous présentons. Jean-Luc Schneider a assuré la traduction en anglais, nous lui en exprimons notre reconnaissance.


References

[1] G. Bossière Étude pétrographique des ophites de la région de Bedous (Basses-Pyrénées), thèse 3e cycle, université de Paris, 1968 (135 p)

[2] A. Bresson Compte rendu de la réunion extraordinaire de la Société géologique de France dans les Pyrénées occidentales, Bull. Soc. géol. France, Volume VI (1906) no. 4, pp. 777-852

[3] J. Canérot Contribution à l'étude géologique des chaı̂nons nord-pyrénéens compris entre les vallées d'Aspe et d'Ossau (BP), thèse 3e cycle, université de Toulouse, 1964 (200 p., 22 pl., 7 pl. h.t)

[4] L. Carez Note sur une coupe des montagnes des environs de Bedous (feuille de Mauléon), Bull. Soc. géol. France, Volume V (1905) no. 4, pp. 517-519

[5] L. Carez Études géologiques sur la feuille de Mauléon (Basses-Pyrénées), Bull. Soc. géol. France, Volume X (1910) no. 4, pp. 73-90

[6] M. Caron Cretaceous planktic foraminifera (H.M. Bolli; J.B. Saunders; K. Perch-Nielsen, eds.), Plankton stratigraphy, Cambridge University Press, 1985, pp. 17-86

[7] M. Casteras; P. Souquet; R. Mirouse Carte géologique détaillée de la France à 1:80000e, feuille Urdos n° 250 et notice explicative, Serv. Carte géol. France, BRGM, Orléans, 1966

[8] M. Casteras; P. Souquet; P. Lamare; R. Mirouse; H. Alimen; J.P. Paris Carte géologique détaillée de la France, feuille Mauléon n° 239 et notice explicative, Serv. carte géol. France, BRGM, Orléans, 1969

[9] C. Desreumaux; M.J. Wallez Position des ophites de la haute vallée d'Aspe (Pyrénées occidentales) dans leur environnement Jurassico-Crétacé, 118e Cong. nat. Soc. hist. sci., Pau, 1993, p. 194 (résumés)

[10] A. Duffour Roches basiques du Castillonnais et de la Bellongue (Ariège), Bull. Soc. géol. France, Volume XXVIII (1928) no. 4, pp. 273-279

[11] R. Fabre; C. Desreumaux; T. Lebourg Les glissements rocheux du versant sud du Layens (Vallée d'Aspe, Pyrénées occidentales), Bull. Soc. géol. France, Volume 171 (2000) no. 4, pp. 407-418

[12] E. Fournier Études géologiques sur la partie occidentale de la chaı̂ne des Pyrénées entre la vallée d'Aspe et celle de la Nive, Bull. Soc. géol. France, Volume V (1905) no. 4, pp. 699-723

[13] E. Fournier Sur quelques points de la tectonique de la lisière septentrionale des Pyrénées, Bull. Soc. géol. France, Volume XXV (1925) no. 4, pp. 279-285

[14] A. Lacroix Les phénomènes de contact de la lherzolite et de quelques ophites des Pyrénées, Bull. Carte géol. France, Volume 6 (1894) no. 42, pp. 307-446

[15] R. Mirouse Recherches géologiques dans la partie occidentale de la zone primaire axiale des Pyrénées, Mém. Carte géol. France, 1966 (451 p., 3 pl. h.t)

[16] J.-P. Paris Observations géologiques dans la région du pic de Layens (Basses-Pyrénées), Bull. Soc. hist. nat. Toulouse, Volume 105 (1969) no. 3–4, pp. 270-278

[17] R. Ribis Contribution à l'étude géologique du Crétacé supérieur de la Haute chaı̂ne dans la région de la Pierre-Saint-Martin, thèse 3e cycle, université de Paris, 1965 (200 p., 27 pl., 15 pl. h.t)

[18] F. Robaszynski; M. Caron Foraminifères planctoniques du Crétacé : commentaire sur la zonation Europe–Méditerranée, Bull. Soc. géol. France, Volume 166 (1995) no. 6, pp. 681-692

[19] M. Roubault Au sujet de l'âge des ophites et du métamorphisme des terrains secondaires dans les Pyrénées de la Haute-Garonne et de l'Ariège, C. R. somm. Soc. géol. France (1928), pp. 184-185

[20] D.A.V. Stow; D.J.W. Piper Deep-water fine-grained sediments: facies models, Geol. Soc. London, Spec. Publ., Volume 15 (1984), pp. 611-646

[21] Y. Ternet Étude du synclinal complexe des Eaux-Chaudes (Basses-Pyrénées), thèse 3e cycle, université de Toulouse, 1965 (166 p., 24 pl., 9 pl. h.t)

[22] J. Thiébaut Au sujet des ophites des Pyrénées (Le point des travaux actuels), Ann. sci. Univ. Besançon, Géol., Volume 20 (1973) no. 3, pp. 5-13

[23] P. Viennot Recherches géologiques dans les Pyrénées occidentales françaises, Bull. Carte géol. France, Volume XXX (1927) no. 163, pp. 1-268

[24] G. Viers Observations structurales sur les Pyrénées occidentales, Bull. Soc. géol. France, Volume VI (1956) no. 6, pp. 713-726

[25] J. Zandvliet The geology of the Upper Salat and Pallaresa valleys, Centr. Pyrenees, Leidse geol. Meded., Volume 25 (1960), pp. 1-127

[26] H.J. Zwart Sur les lherzolites et ophites des Pyrénées, Leidse geol. Meded., Volume XVIII (1953), pp. 281-286


Comments - Policy